Project's logo
Project illustration

Filles, maths et informatique : une équation lumineuse

Pour aboutir à une plus grande mixité dans les filières scientifiques et techniques, la Fondation Blaise Pascal s’associe aux associations femmes & mathématiques et Animath pour organiser les journées Filles, maths et informatique : une équation lumineuse. Lors de ces journées, une centaine de jeunes filles volontaires de collège et lycée (4e à la terminale) viennent dans un établissement de l'enseignement supérieur s’informer sur les métiers liés aux mathématiques et à l’informatique, prendre conscience du poids des stéréotypes et travailler à s’en détacher notamment en rencontrant des femmes travaillant dans ces domaines. Les journées se déroulent en plusieurs temps : - une conférence donnée par une mathématicienne ou une informaticienne - un atelier de réflexion sur les stéréotypes sur les mathématiques et l’informatique, et sur les métiers sur lesquels peuvent déboucher ces études - des temps d'échanges en petits groupes entre les jeunes filles et les femmes scientifiques sur leurs parcours, leurs motivations, leurs expériences, etc. - une pièce de théâtre-forum, intitulée Codée, proposée par la compagnie LAPS/équipe du matin - les réflexions amorcées lors de la journée seront prolongées par un marrainage Ces journées sont organisées par des scientifiques bénévoles dans chaque établissement avec le soutien du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse. Découvrez ci-dessous les résultats et impacts concrets de ces journées.

  • Filles : âgées de 13 à 18 ans scolarisées entre la 4ème et la terminale dans toute la France. En effet, les filles ne sont que 30 % à présenter la spécialité maths au baccalauréat, contre 54 % des garçons. Elles sont ensuite très minoritaires dans les formations liées aux sciences (écoles d’ingénieurs, DUT d’informatique, etc.), alors qu’elles représentent 55 % des inscrits dans l’enseignement supérieur. Une tendance qui se poursuit, ensuite, sur le marché du travail. La faible proportion des filles dans des études scientifiques dès le lycée puis dans les études supérieures avec des répercussions délétères pour le monde socio-économique peut en partie s’expliquer par l’existence de stéréotypes bien ancrés contre lesquels il est nécessaire de lutter en particulier lors des premières réflexions sur l’orientation.
Stakeholder picture
Stakeholder picture
Stakeholder picture
Stakeholder picture

« Grâce à cette journée j’ai pu avoir une idée de ce que je pourrais faire plus tard dans le monde du travail avec les maths et la physique chimie en tant que femme notamment avec les speed dating ! Merci beaucoup. »

1

Nos actions

Organiser des projets de médiation pour les jeunes filles en vue d'une égalité de genre dans les filières et les métiers scientifiques
Notre analyse

Il existe une forte demande pour l’organisation de ces journées, et leur déploiement a été dans un premier temps freiné par la situation sanitaire. A moyen terme, nous projetons d'organiser une soixantaine de journée sur une année scolaire afin de toucher un maximum de jeunes filles à travers toute la France.

Nombre de journées FMI organisées

Chargement...

Objectif : 60 d'ici fin 2024
Nombre de participantes aux journées 'Filles, maths et informatique' sur l'année scolaire 2021-2022

Chargement...

2

Nos résultats

Gain en confiance en soi des filles face aux disciplines et aux métiers scientifiques
Acquisition par les filles de connaissances utiles pour s'orienter vers des études scientifiques
Identification pour les filles d'aspirations professionnelles et/ou motivation pour les poursuivre
Notre analyse

Suite aux journées, une part importante des filles disent avoir une meilleure perception des mathématiques (69%) et de l’informatique (54%). 75% d’entre elles ont également une meilleure vision des études scientifiques. Même si la participation aux journées se fait sur la base du volontariat et attire donc un public a minima curieux des possibilités offertes par les filières scientifiques, on constate que cette action a un effet positif sur l’orientation des jeunes filles : après la journée plus de la moitié déclare avoir acquis des connaissances utiles et 48 % se disent confiantes face à leur orientation. Le taux de satisfaction des participantes et leurs retours positifs nous confortent dans la pertinence du programme : les journées sont adaptées à leur public. Cependant, nous avons identifié quelques axes d'améliorations que nous mettrons en œuvre dès les prochaines éditions, notamment concernant la durée de certaines activités, les réponses sur l'orientation et sur la science informatique.

Pourcentage des filles déclarant avoir amélioré leur perception des mathématique

Chargement...

Pourcentage de filles déclarant avoir amélioré leur perception de l'informatique

Chargement...

Pourcentage de jeunes filles déclarant avoir amélioré leur perception des études scientifiques

Chargement...

Pourcentage de filles déclarant avoir acquis des connaissances utiles pour leur orientation dans les filières scientifiques

Chargement...

Pourcentage des filles se sentant confiantes par rapport à leur orientation

Chargement...

Taux de satisfaction des filles suite à la journée

Chargement...

3

Notre impact

Meilleur accès des filles aux filières et métiers scientifiques
Notre analyse

Les journées permettent aux filles de s'ouvrir à des voies qu'elles n'avaient jusque là pas considérées. Avant la journée, 21% des participantes n'envisageaient aucunement de poursuivre vers des études scientifiques. A l'issue de la journée, elles ne sont plus que 13% ! Pour renforcer l'impact des journées et inscrire leurs effets dans le temps, un système de marrainage est ensuite proposé aux filles. Elles bénéficient donc d'une aide supplémentaire à l'orientation.

% de jeunes pensant s'orienter vers des études scientifiques avant l'action de médiation mise en place par la Fondation (JFMI)

Chargement...

% de jeunes pensant s'orienter vers des études scientifiques après l'action de médiation mise en place par la Fondation

Chargement...

Nous recherchons

Mécènes

Le taux de féminisation dans les métiers des mathématiques, de l’informatique et du numérique est faible. Sans action spécifique menée pour augmenter ces taux, le nombre de femmes formées à ces métiers continuera d’être inférieur aux besoins des entreprises. Ces taux risquent même de diminuer encore à l’avenir si nous ne faisons rien. Seule une mobilisation exceptionnelle, inscrite dans la durée, permettra d'inverser les tendances. N’hésitez pas à apporter avec nous votre pierre à l’édifice !

Ils nous soutiennent